Dominique Lyon Architectes

Carreau des Halles à Paris 1er

Carreau des Halles à Paris 1er
Carreau des Halles à Paris 1er
Carreau des Halles à Paris 1er
Carreau des Halles à Paris 1er
Carreau des Halles à Paris 1er
Carreau des Halles à Paris 1er
Carreau des Halles à Paris 1er
Carreau des Halles à Paris 1er
Carreau des Halles à Paris 1er
Le “Carreau des Halles” est un objet complexe. Sa partie enterrée comprend, sur 5 niveaux un centre commercial très fréquenté et une gare majeure où se croisent 9 lignes de train traversant l’île de France. Au sol, ce site carré de 150 m de côté est grevé de nombreuses émergences techniques et son centre est occupé par un patio éclairant le centre commercial.

La ville de Paris souhaitait restructurer l’ensemble et construire en superstructure des programmes destinés à la vie du quartier (conservatoire de musique, bibliothèque, salle de concerts, cafés, commerces…)
En ce lieu populaire se croisent 9 lignes de trains qui parcourent la région. C’est là que s’expérimente la dimension métropolitaine de la Capitale : en son centre même.
Ce qu’une Capitale offre communément à l’expérience ce sont : la grande taille, la multiplicité des possibilités et des activités, la présence de la foule et la nouveauté.
A ces titres divers, notre projet pour le « Carreau des Halles » est une pièce urbaine métropolitaine.
Le terrain d’assise du projet étant illisible, nous lui substituons un nouveau sol qui recouvre les nombreux obstacles présents par une nappe continue. Celle-ci unifie le site et restitue la figure du carré originel selon ses plus grandes dimensions
(150 x 150 m). Elle est reliée en de multiples points au sol et aux sous-sols de la ville. Elle est activée par des programmes divers.
À la foule qui émerge de la congestion des sous-sols cette nappe offre un contraste fort. C’est un vaste lieu collectif, une véritable expérience métropolitaine, qui offre un spectacle animé par de nombreuses activités, qui est pratiqué par populations diverses et qui s’ouvre sur la ville.
Architecturalement, la nappe constitue un milieu continu et homogène : le sol et les cloisons qui limitent les différents programmes procèdent d’un même principe géométrique. Un paysage est ainsi formé, qui est toujours changeant du fait du tracé des courbes, des superpositions de leurs dessins, de leur matière et de leurs couleurs.
La nappe est couverte ; on s’y trouve à l’abri et au contact du panorama urbain.
La couverture est percée d’une grande trémie, d’une multitude de verrières et de deux grandes toitures transparentes et mobiles.
La sous-face de la toiture étant traitée, elle absorbe le bruit émis dans l’espace public. C’est un lieu acoustiquement confortable qui la nuit produira peu de nuisances sonores vis-à-vis du voisinage.

Maître d’Ouvrage : Ville de Paris
Localisation : Paris 1er
Concours : mai 2007
Programme : conservatoire de musique et de danse, commerces, loisirs, cafés, auditorium
Surface : 19 600 m²
Montant des travaux HT : 115 M€ ht