Dominique Lyon Architectes

Ecole d’Architecture de Clermont-Ferrand

Ecole d'Architecture de Clermont-Ferrand
Ecole d'Architecture de Clermont-Ferrand
Ecole d'Architecture de Clermont-Ferrand
Ecole d'Architecture de Clermont-Ferrand
Ecole d'Architecture de Clermont-Ferrand
Ecole d'Architecture de Clermont-Ferrand
Ecole d'Architecture de Clermont-Ferrand
Ecole d'Architecture de Clermont-Ferrand
Ecole d'Architecture de Clermont-Ferrand
Ecole d'Architecture de Clermont-Ferrand
Ecole d'Architecture de Clermont-Ferrand
Ecole d'Architecture de Clermont-Ferrand
Ecole d'Architecture de Clermont-Ferrand
Ecole d'Architecture de Clermont-Ferrand
Ecole d'Architecture de Clermont-Ferrand
Lauréat du prix ArchiDesignClub 2016
Il s’agissait de transformer en École d’Architecture un sanatorium datant des années 30, construit par Albéric Aubert et inscrit à l’inventaire des Monuments Historiques. Pour ce faire, le bâtiment a été réhabilité et une extension a été construite afin de loger les ateliers, les amphithéâtres, la bibliothèque, la salle d’exposition, les ateliers et les bureaux administratifs.

L’ancien Sanatorium est placé au milieu d’un parc, à l’articulation entre ville et campagne. Il comprend deux parties : un bâtiment orienté au sud, long et étroit, enfoncé dans une colline boisée, et une partie nord faite d’un étagement de volumes.
La partie sud a été réhabilitée, la partie nord est nouvelle.
Ce parfait exemple d’architecture fonctionnaliste radicale a radicalement changé de fonction. Il a été conçu pour isoler des malades et les orienter au sud ; il accueillera désormais une population pleine de vitalité, qui travaille en groupes face à des écrans protégés du soleil.
Afin de préserver l’esprit rationnel du bâtiment existant et d’en faire un modèle de cohérence architecturale qui servira de modèle aux étudiants, le projet affermit les caractéristiques du bâtiment historique en le confrontant aux exigences imposées par le présent.

Le projet tient en cinq points :

  • bâtiment est isolé dans un vaste paysage. Ce rapport idéal entre construction et nature est restitué dans toute sa clarté : le parc est reconstitué en une seule pièce et rend sa dimension territoriale au site.
  • Le bâtiment Sabourin isolait les malades. Aujourd’hui il est organisé autour des lieux de vie collective : L’essentiel de la vie étudiante est regroupée au rez-de-chaussée. Dès l’entrée on perçoit la part la plus animée de l’école et les circulations dans les étages sont traitées en lieux de vie collective.
  • Le soleil était la raison d’être du bâtiment. De nouvelles applications sont données à ce principe :
    o La façade d’entrée, au nord, n’est plus l’arrière assombri de la façade sud. Le soleil y joue. Il est détourné par un grand miroir.
    o Les circulations dans les étages qui distribuent les ateliers sont placées au sud pour servir de tampons thermiques et pour palier les inconvénients du rayonnement solaire dans les lieux de travail.
  • La minceur et la longueur du bâtiment sont exploitées : les circulations placées le long de la façade Sud. Elles permettent de retrouver, lors de la déambulation, sur 100 m de long, l’effet de panorama sur le magnifique paysage.
  • La structure du bâtiment sud a été entièrement reprise pour répondre aux normes sismiques. La nouvelle structure en acier produit des effets architecturaux qui renforcent la rationalité de l’architecture des années 30.

Le bâtiment est à la fois transformé et conservé. L’extension, nouvelle, rejoint l’histoire de la partie ancienne. Le tout ambitionne d’être une leçon d’architecture.

Maître d’Ouvrage : Ministère de la Culture et de la Communication
Maître d’Ouvrage délégué : OPPIC
Localisation : 85 rue du Docteur Bousquet à Clermont-Ferrand (63)
Programme : amphithéâtres, bibliothèque, salle d’exposition, cafétéria, salles de cours, ateliers, administration
Concours : juillet 2008
Livraison : août 2015
Surface : 11 500 m²
Montant des travaux HT : 22 M€ ht