Dominique Lyon Architectes

Extension de l’Institut National de l’Audiovisuel à Bry-sur-Marne

Extension de l'Institut National de l'Audiovisuel à Bry-sur-Marne
Extension de l'Institut National de l'Audiovisuel à Bry-sur-Marne
Extension de l'Institut National de l'Audiovisuel à Bry-sur-Marne
Extension de l'Institut National de l'Audiovisuel à Bry-sur-Marne
Extension de l'Institut National de l'Audiovisuel à Bry-sur-Marne
Extension de l'Institut National de l'Audiovisuel à Bry-sur-Marne
Extension de l'Institut National de l'Audiovisuel à Bry-sur-Marne
Extension de l'Institut National de l'Audiovisuel à Bry-sur-Marne
Extension de l'Institut National de l'Audiovisuel à Bry-sur-Marne

L’extension de l’INA propose une armature urbaine à un quartier qui va se développer. La taille du bâtiment permet d’afficher cette ambition et le fait qu’il représente une institution l’y prédispose.
Si notre projet assume cette responsabilité urbaine, ses qualités architecturales s’attachent aussi à améliorer l’expérience sensible et pratique des utilisateurs.

Pour donner de la cohérence au quartier, le projet, redéfinit la présence et le rôle des éléments qui le constituent. Ces éléments sont : les plantations, les voitures, les bâtiments existants et à venir.

  • Concernant les plantations, le projet rend possible une continuité végétale entre le parc des Coudrais, la bande plantée le long de l’avenue Georges Méliès, et le parc du lycée international de Noisy-le-Grand. Une boucle végétale peut ainsi être réalisée simplement.
    Pour amorcer cet ensemble végétal nous créons une loggia urbaine plantée qui établit la continuité du paysage là où un bâtiment posé sur le sol l’empêcherait.
    À cette fin, l’extension de l’INA est soulevée de 6 m et dégage 2 200 m² de sol couvert par un tapis de fougère ponctué de petits arbres. Cette loggia plantée est prolongée par le terrain de l’INA, le long de l’avenue de l’Europe, qui, débarrassé de tout parking, sera paysagé. Cet ensemble planté de plus de 5 000 m² est le chainon manquant de la boucle végétale.
  • Concernant la présence du stationnement des 75 voitures sur le site, nous évitons de recourir à l’alibi du parking paysagé, car cette solution morcèle et diminue les surfaces plantées. Nous proposons un parking qui n’altère pas l’agrément de la continuité paysagère : placé sous la loggia urbaine, il est à la fois caché et en plein air. Ses utilisateurs, à l’abri, profiteront de la vue sur l’ensemble planté.
  • Concernant le bâtiment de l’extension, il accorde autant d’importance au vide qu’au plein. Il fait aboutir sur le paysage les cours plantées autour desquelles s’organisent les constructions existantes. Il complète la grille originelle par un long bâtiment soulevé qui ne bloque pas la composition générale mais au contraire l’ouvre sur la ville. Il magnifie l’ensemble parce qu’il lui fait jouer un rôle urbain.
    Le projet d’extension ne contredit pas l’existant, il ne lui apporte pas une forme nouvelle au motif qu’elle serait plus contemporaine : il semble être le destin de Bry 1, et appartient autant au passé qu’au présent.

Elle stimule l’environnement urbain autant que les utilisateurs du bâtiment.
Ces derniers, à pied ou en voiture, rentreront dans un site avant de pénétrer dans un bâtiment. S’engager dans la loggia plantée, depuis le parking ou la rue, constituera une expérience architecturale pour le moins positive. Rien ne bloque la vue, les perspectives concordent et débouchent sur un panorama. La cour d’entrée existante reste ouverte sur un paysage requalifié qui paraîtra plus grand du fait qu’il est cadré. Ce spectacle satisfera l’esprit et touchera la sensibilité.
Au sein de ce paysage, le nouveau hall d’accès mène aux espaces de travail de l’extension qui, hors « data center », sont regroupés sur un seul niveau. Cette disposition en plateau de 2 600 m² permet une grande souplesse d’aménagement. Elle est aussi plus efficace et plus conviviale. Toutes les circulations sont éclairées naturellement et les espaces de détente sont distribués en deux endroits.
De l’extérieur le bâtiment, revêtu d’une peau de verre laiteux affiche une présence discrète, sans rien renier de sa taille.

Si l’avenue de l’Europe était déplacée, la bande plantée devant le bâtiment serait diminuée d’autant mais la continuité paysagère serait maintenue grâce à la loggia plantée et à l’ouverture des cours.
Dans le cadre futur d’une redéfinition du stationnement sur le site de l’INA, le parking de l’extension pourrait être remplacé par 1 400 m² de bureaux. Les dispositions constructives le permettent.
Une fresque en plafond de la loggia est envisageable dans le cadre d’un « 1% artistique ».

Maître d’Ouvrage : OPPIC
Localisation : avenue des Frères Lumières, Bry-sur-Marne (94)
Programme : Data Center, bureaux, salles de réunion, espaces de production (studios de numérisation et salles techniques)
Concours : lauréat du concours en novembre 2016
Surface : 4 000 m²
Coût : 9.80 M€ ht