Dominique Lyon Architectes

Médiathèque d’Agglomération du Grand Angoulême

Médiathèque d'Agglomération du Grand Angoulême
Médiathèque d'Agglomération du Grand Angoulême
Médiathèque d'Agglomération du Grand Angoulême
Médiathèque d'Agglomération du Grand Angoulême
Médiathèque d'Agglomération du Grand Angoulême
Médiathèque d'Agglomération du Grand Angoulême
Médiathèque d'Agglomération du Grand Angoulême
Médiathèque d'Agglomération du Grand Angoulême
Médiathèque d'Agglomération du Grand Angoulême
Médiathèque d'Agglomération du Grand Angoulême
Médiathèque d'Agglomération du Grand Angoulême
Médiathèque d'Agglomération du Grand Angoulême
Médiathèque d'Agglomération du Grand Angoulême

Placée au milieu de l’agglomération, la médiathèque est isolée du centre par la coupure des voies ferrées et par 60m. de dénivelé qui la séparent de la ville haute. Elle est d’autant plus seule que le tissu urbain qui est appelé à se développer alentour ne suffira pas à générer un flux de public propre à lui fournir son énergie.
Malgré cela la médiathèque est en position de jouer un rôle historique : recoller la ville haute et la ville basse.
Elle est un pivot urbain. Elle adopte la forme d’un cylindre afin de ne tourner le dos à personne. Le nouveau quartier ne se retrouve pas derrière une médiathèque qui présenterait ses hommages à la ville haute.
Une nouvelle passerelle construite au dessus des voies ferrées aboutit sur la médiathèque. Voici reconstituée une figure urbaine canonique : un équipement au bout d’une voie. La médiathèque paraît ainsi fermement ancrée dans la ville. D’autant que la passerelle devenant rampe, elle s’enroule autour du bâtiment. Les sols de la ville haute et de la ville basse se trouvent reliés. La passerelle, très fréquentée, est le cordon ombilical de la médiathèque, elle lui apporte la part d’énergie qui lui manque.
Le dernier niveau de la médiathèque, au débouché de la passerelle et de la rampe, est calé à une altimétrie proche du niveau médian des villes hautes et basses. En ce point focal de l’espace urbain, se trouve une place suspendue : le forum. Y seront organisés projections, débats et concerts.
Un équipement culturel qui prend une telle importance dans la fabrique urbaine est porté à dépasser ses fonctions premières en accueillant d’autres énergies que celles contenues dans son programme. Ces autres énergies, c’est le tissu associatif qui peut les lui fournir quand il assure des missions de formation et d’animation culturelle. La forum sera en partie géré par des associations et au rez-de-chaussée, au contact du hall, sont réservés des locaux destinés à des associations dont les actions prolongent les missions de la médiathèque.
Ces extensions de programme sont rendues essentielles du fait des changements dans les modes de consommation culturelle. Les nouveaux équipements culturels, et les médiathèques plus qu’aucun autre, doivent apprendre à composer avec le tissu associatif.
Les différents espaces intérieurs s’enchaînent sans discontinuité pour conduire le public, dans une même promenade du niveau haut au niveau bas. Ici l’entrée se fait indifféremment par le haut ou par le bas. Monter n’oblige pas à redescendre, il n’y a ni cul de sac ni hiérarchie entre les niveaux.
Trois grandes salles de consultation sont réparties en éventail au sein d’un même espace. Etagées, elles présentent de petites différences de niveau qui ne contredisent pas l’effet de continuité quand de vastes rampes et de grands emmarchements les relient. Ces gradins sont occupés par des postes de lectures multimédia.

Maître d’Ouvrage : Communauté d’Agglomération du Grand Angoulême
Localisation : quartier de l’Houmeau à Angoulême (16)
Programme : salles de lecture, cafétaria, salle de spectacles, expositions, actualités, locaux associatifs
Concours : octobre 2009
Surface : 5 600 m²
Montant des travaux HT : 12 M€ ht