Dominique Lyon Architectes

Médiathèque de l’Agglomération de Carcassonne

Médiathèque de l'Agglomération de Carcassonne
Médiathèque de l'Agglomération de Carcassonne
Médiathèque de l'Agglomération de Carcassonne
Médiathèque de l'Agglomération de Carcassonne
Médiathèque de l'Agglomération de Carcassonne
Médiathèque de l'Agglomération de Carcassonne

L’architecture peut adopter les formes les plus diverses, les plus déroutantes. Au risque de l’inconséquence. Or l’architecture doit être profonde : une grande part de notre patrimoine bâti en témoigne : il a su durer et nous sert toujours de référence et d’ancrage.
L’architecture échappe à l’inconséquence quand elle établit des relations vives avec le contexte urbain et avec les usages. Elle est profonde à condition qu’elle questionne ces relations, qui sont incertaines, afin de les redéfinir.
Quelles relations stimulantes la médiathèque entretient-elle avec l’Agglomération de Carcassonne ?
Quel potentiel nouveau la médiathèque offre-t-elle aux usagers et au personnel ?
La Médiathèque offre à l’Agglomération un élément urbain qui lui manque : une plateforme surélevée qui, à l’instar de la Cité Médiévale, offre un point de vue sur le territoire, le fleuve, la ville elle-même. Depuis les salles de lecture, on voit loin, alors on pense large, car l’on se trouve effectivement au sein d’un panorama exceptionnel, et cette situation réveille le plaisir d’appartenir à cette ville, à ce paysage, et d’y vivre. Depuis la plateforme, on se réinscrit, physiquement et intellectuellement dans l’Agglomération.
Au sein d’un tissu urbain dense et autocentré, cette plateforme est une fenêtre, un débouché urbain aussi exceptionnel que nécessaire.
Cet effet d’ouverture est accentué du fait qu’une place publique double la médiathèque. Les places sont rares à Carcassonne et celle-ci constituera un évènement urbain bienvenu. Elle descend vers le fleuve, donne accès aux berges et forme une extension naturelle aux aménagements des bords de l’Aude.
La place est animée : un skate-park attire une population dynamique, des aménagements sont prévus pour tous les publics, des plantations donnent de l’ombre. La réputation du lieu ne tardera pas à s’établir, il sera populaire.
La médiathèque profite de la place : deux grands balcons protégés et de larges baies y donnent. Et comme la médiathèque est située au plus près de fleuve, afin de profiter des meilleures vues, elle dégage un vaste parvis, sur lequel débouchent directement le hall et l’espace évènementiel. Ainsi, la médiathèque interagit avec l’espace public et contribue fortement à le qualifier, à l’animer.
Voici le hall : il continue le parvis, en formant une sorte de galerie qui longe le jardin, court au travers de l’espace jeunesse, et conduit à un surplomb sur l’Aude. L’enjeu pour la médiathèque, au rez-de-chaussée ou à l’étage, consiste à accompagner le public jusqu’à la limite Est du terrain, là où le contact avec le fleuve est le plus direct, là où le vis-à-vis avec le paysage est le plus spectaculaire.
Voici l’espace évènementiel : il ouvre visuellement sur le parvis et il sera possible de rendre les spectacles visibles depuis l’espace public. Sa façade vitrée peut être repliée pour que la continuité soit effective. Alors le public pourra s’établir autant sur la place que sur les gradins à l’occasion de fêtes ou de festivals.
De la même manière, en articulation entre la médiathèque et la ville, se trouve matérialisée l’idée de « salon urbain ». Le café et l’espace de lecture des périodiques s’ouvrent naturellement sur un vaste balcon couvert de 15 m de long. Il surplombe la place, elle en bénéficie.
Les programmes de la médiathèque - évènementiel, hall, salon urbain, espaces de consultation - se projettent dans la ville, la vivifient, renouvellent le spectacle urbain.
A l’intérieur de la médiathèque, les espaces, les niveaux et les programmes s’enchainent de façon fluide. Si tout est connecté, tout ne se révèle pas d’un coup : la déambulation est nécessaire et comme l’expérience visuelle est continue, la curiosité reste sans cesse alimentée.
Au rez-de-chaussée, on se trouve pris dans un espace multiple, composé du hall de l’événementiel, de l’accueil, du salon urbain, du grand balcon couvert et de l’espace jeunesse. La mezzanine est toute proche où les joueurs profitent de la ludothèque. Les espaces de lecture situés à l’étage sont immédiatement perceptibles : ils descendent en gradin sur le hall et déjà on perçoit les cloisons courbes de la plateforme supérieure. Un escalier mène à la mezzanine et se prolonge par des gradins. Ceux-ci, placés en balcon sur le hall sont utilisés par les joueurs ou par les lecteurs (de BD par exemple). Le programme ne s’interrompt pas dans l’escalier. L’intérêt du visiteur est soutenu.
A l’étage, des cloisons courbes délimitent trois espaces de lecture et conduisent les vues sur des points différents du paysage. Un des espaces est situé légèrement plus bas de façon à ne pas gêner les vue sur l’Aude et sur la Cité Médiévale depuis l’intérieur des autres plateaux. Les grandes baies sont protégées du soleil par des dispositifs pérennes afin que les vues sur le panorama soient garanties malgré le soleil.
Une grande cloison courbe, équipés d’étagères et de vitrines modulables, servira de lieu d’exposition et pourra constituer à terme un cabinet de curiosité, un gardien de la mémoire du lieu.
La salle « no chat » sera rendue accessible aux étudiants et chercheurs en dehors des heures d’ouverture de la médiathèque
La toiture, la cinquième façade est une belle surface dorée, percée de verrières circulaires.

Maître d’Ouvrage : Carcassonne Agglo
Localisation : rue Pierre Germain à Carcassonne (11)
Programme : médiathèque
Concours : janvier 2014
Surface : 5 800 m²
Montant des travaux HT : 14.80 M€ ht