Dominique Lyon Architectes

Agence

JPEG - 504.7 ko

Agence :
L’agence a étudié et construit des bâtiments appartenant à des domaines variés : bâtiments publics – principalement des bibliothèques et des établissements d’enseignement – immeubles de bureaux, et de logements, équipements industriels, aménagements intérieurs et scénographies.
Elle conduit des études urbaines.
Elle est réputée pour la qualité de ses réalisations architecturales qui toutes font régulièrement l’objet de publications en France et à l’étranger.
De 1988 à 2015 les projets ont été produits par l’association de Pierre du Besset et Dominique Lyon.
L’agence Dominique Lyon Architectes, créée en 2016, emploie une douzaine de personnes.

Situation :
L’architecture est une intelligence.
Intelligence des villes, des paysages et des enjeux sociétaux.
S’il trouve à renouveler ses connaissances sur ces domaines qui sont à la fois complexes et changeants, l’architecte exploitera au mieux sa capacité d’intelligence.
Dit autrement, à chaque fois, pour savoir de quoi il parle quand il parle d’architecture, l’architecte doit connaitre précisément la situation particulière dans laquelle il lui est donné d’agir.
Chaque situation est problématique : elle est travaillée par des contradictions voire des absurdités et souvent elle parait triviale. Quand on sait l’apprécier elle est stimulante et recèle une part de poésie.
Apparemment les situations se ressemblent. Ce n’est qu’après avoir été examinées qu’elles font apparaître un monde en soi. Ainsi, chaque situation, même la plus modeste, est à la fois particulière et révélatrice de notre état général. C’est à travers elle que le monde se manifeste à l’architecte. Le général se manifeste dans le particulier.
À cette manifestation il faut faire correspondre l’ambition inhérente au fait de construire.
Pour donner suite intelligemment à cette ambition, pour acquérir des connaissances, l’architecte observera et décrira ce qui se joue sur son aire d’intervention, sans se laisser influencer par les idées préconçues.
Localement, il s’intéressera aux forces qui s’activent au sein du contexte urbain, il repérera les éléments qui rendent possible la présence de la nature, il cherchera à comprendre comment s’articule la demande sociale. Puis il en jouera.
Il fera interagir les composants qui s’expriment dans sa situation, à la manière d’un scénariste qui manipule ses personnages dans l’espace restreint d’une scène : les bons et les moins bons, les délicats et les grossiers, les grands et les petits, les violents et les fragiles. Il le fera selon un projet, en assignant aux forces en présence un destin commun guidé par une idée élevée et pourvu d’une issue heureuse.
L’organisation, la matérialité et la forme du bâtiment résultent de ce jeu, de ce scénario. Elles viennent après que l’intelligence des situations aie débouché sur des idées, puis que ces idées aient trouvé leur expression pertinente au cours du travail formel. Elles viennent aussi s’inscrire dans le registre vif des formes contemporaines.
Les formes architecturales, qui s’adressent directement au corps, aux sens, les interrogent en retour dans le but de solliciter l’esprit. Par ce fait elles présentent nécessairement une part d’étrangeté qui questionne la tradition et interdit le recours aux lieux communs. Lesquels aplatissent l’expérience vécue et empêchent d’y réfléchir.
Toute position qui se trouve en intelligence avec la situation, de celle qu’une architecture se doit de définir, parait en décalage avec les opinions prudentes et les références communes. L’architecture outrepasse l’ordinaire. Elle est une exagération nécessaire, même si mesurée, qui est fondée sur des raisons.

Les formes des bâtiments montrés dans ce livre diffèrent parce que les situations ne se répètent pas, parce les arguments et les idées qui les justifient, sont précisément ajustés à des situations qui se révèlent distinctes, parce que les moyens d’expression de l’architecte sont en principe infinis.

Qu’elle est l’ambition de ces bâtiments ?
Faire exister l’architecture en tant qu’activité capable d’interpréter intelligemment le monde.
Offrir, à partir d’idées radicales, des possibilités d’établissement nouvelles qui enrichissent notre environnement social et culturel.
Faire apparaître des lieux inépuisables aptes à nourrir nos souvenirs, à alimenter la nostalgie et à donner de l’épaisseur à notre époque.

Collaborateurs :
Amandine Batselé, Laura Bellamico, Grisha Bourbouze, Julien Boursier, Jennifer Carré, Alain Chiffoleau, Guy Conand, Irina Cristea, Charles-Henri de Rovira, Sébastien Duron, François Ehouarn, Jurgen Fallert, Vincent Feld, Lucas Froment, Gary Glaser, Svetla Grigorova, Cyril Hanappe, Alisa Kovalenko, Marie-Claude Leblond, Christophe Leblond, Éric Lehy-Meira, Selma Mikou, Giulia Moltisanti, Sun Taeg Nam, Pascaline Pobé, Maxime Potiron, Dong-Ha Qwak, Manal Rachdi, Anthony Roubaud, Marina Saillet, Barbara Salin, Anne Tellier, Simon Visconti, Christiaan Weiler, Xiang Wang.